Et que dire des travaux des étudiants…

facebook wikio digg twitter google

Rédigé par Victor de Sepausy, le mercredi 19 janvier 2011 à 07h27

Avec Internet, faire une recherche sur n’importe quel sujet devient un jeu d’enfant. Lorsque l’on demande à des élèves de 6ème de faire un tel travail sur un point donné, tous reviennent avec des pages et des pages imprimées, persuadés qu’ils sont d’avoir rempli les termes de la demande professorale…Or, on est là qu’à la première étape du travail !

Quand on grimpe quelque peu dans le niveau et que l’on demande, cette fois-ci, à des étudiants de faire un travail de recherche sur un point précis, ils rendent, en leur âme et conscience, un document qui n’est qu’un centon, agrippant les citations les unes sur les autres…sans utiliser, bien sûr, les guillemets de rigueur ni même mentionner une quelconque source.

Ils font œuvre de plagiat…et quelle belle œuvre ! Mais, très souvent quand on tente de leur faire comprendre à quel point ils se trompent sur ce qu’est la recherche, ils ouvrent de grands yeux !

Que dire alors quand le plagiat touche à présent même des personnalités publiques reconnues voire, plus grave encore, des universitaires bien installés dans leur chaire. C’est la question soulevée par l’indignation d’un groupe d’enseignants et de chercheurs signataires d’une lettre ouverte à la présidente d’université Louise Peltzer.

En effet, cette dernière avait publié en 2000 un ouvrage intitulé Des langues et des hommes. De nombreux passages dudit livre apparaissent singulièrement faire écho à la traduction française de celui d’Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne (La ricerca della lingua perfetta nella cultura europea) sorti, lui, en 1993…

Il devient de plus en plus nécessaire de sensibiliser les élèves le plus tôt possible à tout ce qu’implique un simple copier-coller sans quoi nous n’allons plus former que des individus capables tout juste de prendre du déjà créé sans savoir même ce que c’est que créer une pensée neuve à partir des travaux d’autrui.

Les universités américaines, nettement en avance sur les établissements français, ont instauré des contrôles anti-plagiats obligatoires auprès des étudiants. Chaque devoir rendu doit s’y plier avant même d’être corrigé par un enseignant.

Publicités

Un commentaire sur « Plagiat : quand le mal atteint des universitaires ActuaLitté – Les univers du livre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s