Pensée du 30/06/2010.


Pensée du 30/06/2010.

"Toute particule de matière possède une énergie. Ainsi, notre
corps physique, qui est matière, possède lui aussi une énergie :
c’est cette énergie qu’on appelle l’âme. Mais comme l’être humain
est en réalité constitué de plusieurs corps, chacun possède une
âme : pour le corps physique, c’est l’âme instinctive, pour le
corps astral l’âme émotionnelle, pour le corps mental l’âme
intellectuelle. Et les corps causal, bouddhique et atmique ont
aussi une âme que les kabbalistes appellent Iéhidah, Hayah et
Neschamah.
Chaque corps possède donc une âme : le corps est le contenant,
l’âme le contenu, l’énergie qui l’anime ; et les deux sont unis.
La nature elle-même, le cosmos est un corps, le corps de Dieu, et
il a une âme : c’est l’Âme universelle qui le remplit de sa
quintessence. Pour la Science initiatique, tout cela est clair et
limpide : il y a autant d’âmes que de corps."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 
160

La lice et sa compagne


La lice et sa compagne
Livre II, Fable 7.

Il y a peu de choses à dire concernant cette fable

 inspirée de « La Chienne avec ses petits » de Phèdre.

  Une lice étant sur son terme,
Et ne sachant où mettre un fardeau si pressant,
Fait si bien qu’à la fin sa compagne consent
De
lui prêter sa hutte, où la lice s’enferme.
Au bout de quelque temps sa compagne revient.
La lice lui demande encore une quinzaine ;
Ses petits ne marchaient, disait-elle, qu’à peine.
            Pour faire court, elle l’obtient.
Ce second terme
échu, l’autre lui redemande
            Sa maison, sa chambre, son lit.
La lice cette fois montre les dents, et dit :
« Je suis prête à sortir avec toute ma bande,
            Si vous pouvez nous mettre hors. »
            Ses enfants étaient déjà forts.
 

Ce qu’on donne aux méchants, toujours on le regrette.
          
Pour tirer d’eux ce qu’on leur prête,
            Il faut que l’on en vienne aux coups ;
            Il faut plaider, il faut combattre.
            Laissez-leur prendre un pied chez vous,
            Ils en auront bientôt pris quatre.

 

La lice est une chienne de chasse destinée à la reproduction.

Sur son terme:  Sur le point d’avoir ses jeunes.

Lui prêter sa hutte: Voici un beau geste d’hospitalité. Nous en trouverons un autre dans la fable suivante, « L’Aigle et l’Escarbot   (Livre II, fable 8).

Echu: Arrivé à son terme.

Pour tirer: Pour leur soutirer.

 


 Les notes et renvois contenus dans ces fables ont été écrits par Jean Noël  pour le site La Fontaine. Un  merci quotidien à lui! 

Délivré de la drogue


30 Mercredi
juin

Si quelqu’un est en Christ, c’est une nouvelle création : les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont faites nouvelles ; et toutes viennent du Dieu qui nous a réconciliés avec lui-même par Christ.
2 Corinthiens 5. 17, 18

Délivré de la drogue

Ma première expérience de la drogue, je l’ai faite à l’âge de treize ans : d’abord la cigarette, plus tard la seringue. Je me sentais misérable, et sans aucune force pour échapper à cet esclavage.

A dix-neuf ans, j’ai cherché à me suicider en me jetant sous un car, mais le chauffeur a su m’éviter. Je me suis alors mis à pleurer. Je sanglotais : “Ô Dieu ! ô Dieu !”.

Comme si Dieu me répondait en me poussant dans cette direction, après avoir erré sans but, je me suis trouvé devant une église. La porte était fermée, et, au moment où je partais, j’ai entendu quelqu’un crier : “Jeune homme, venez ici !” L’homme âgé qui m’interpellait m’a aussitôt inspiré confiance. Il a passé son bras sous le mien et m’a conduit jusque chez lui, à quelques pas de là.

“Quel est ton problème ?

–€Je suis entièrement pris par la drogue, et je suis incapable de m’en sortir.”

Il a pris sa Bible et m’a lu ce texte de l’Apocalypse : “Voici, je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je souperai avec lui, et lui avec moi” (3. 20).

“Tu désires être sauvé, je suppose ?

–€Je ne comprends pas ce que vous voulez dire, mais j’ai besoin d’être aidé.

–€C’est bien, prions”, a-t-il dit.

Dieu a répondu aux prières de mon nouvel ami, je suis devenu un autre homme, car Dieu m’a pardonné et m’a délivré.

labonnesemence

Des « brigades de vigilance » pour protéger les derniers éléphants du Mali


Des « brigades de vigilance » pour
protéger les derniers éléphants du Mali
L’Orient-Le Jour du 29/06/2010
Un jeune éléphant malien. Ces animaux peuvent consommer
 chacun jusqu’à 250 kilogrammes de nourriture par jour. Photo AFP
 
Animaux
La sécheresse et les braconniers constituent les principales menaces contre les pachydermes de Gourma.

Pour protéger « leurs » derniers éléphants, des habitants du nord du Mali se sont organisés en « brigades de vigilance » contre le braconnage et des GPS ont même été glissés au cou de certains pachydermes.
Dans le Gourma malien, qui inclut les régions de Mopti, Tombouctou et Gao, le nombre des éléphants ne cesse de décroître : ils étaient 550 entre 1972 et 1974, ils ne sont plus que 354 aujourd’hui…

Courant juin, 21 pachydermes y sont morts de soif du fait de la sécheresse. Mais le danger vient aussi des braconniers, qui convoitent toujours l’ivoire de leurs défenses, mais aussi leur viande, très appréciée dans des pays voisins. « Dès qu’on entend le bruit d’un véhicule, on se dresse pour voir si des braconniers ne tentent pas de s’installer ici pour tuer nos éléphants », assure Ali Ag Rhissa, jeune Touareg rencontré devant la tente où il habite avec son épouse et leurs trois enfants, dans la localité malienne de Banzena (région de Tombouctou).
« Nous prenons nos mesures de précaution. Dans cette réserve, les éléphants ne sont plus victimes de braconnage depuis que nous sommes organisés en brigades de vigilance. Mais on n’est jamais assez prudent », affirme, de son côté, l’adjudant-chef des eaux et forêts Bakary Kamé, arme en bandoulière.
Selon les statistiques officielles, la population d’éléphants du Gourma est composée à 50 % de femelles adultes, 13 % de mâles adultes, 26 % de jeunes et 11 % de « très vieux ».
Croisé dans le cercle de Douenzta (800 km au nord de Bamako), un troupeau d’éléphants protège dans un premier temps l’éléphanteau du groupe en formant un cercle autour de lui. Très rapidement, ensuite, deux éléphants arrachent des arbustes, avec leur trompe, avant d’en avaler les branchages…
Ces pachydermes sont réputés être les plus gros d’Afrique et les seuls éléphants nomades au monde.
Pour survivre, ils font chaque année un circuit d’un millier de kilomètres du nord du Mali à la frontière avec le Burkina Faso voisin.
« Pour les protéger des braconniers et les suivre, nous avons pu mettre au cou de certains éléphants un modem GPS. Donc, de manière permanente, nous connaissons leur position », explique Biramou Sissoko, colonel des Eaux et Forêt et coordinateur national du Projet de conservation et de valorisation de la biodiversité du Gourma et des éléphants. On dit que ces éléphants-là peuvent absorber près de dix litres à chaque « trompée » d’eau et consommer jusqu’à 250 kilogrammes de nourriture par jour. L’eau, la nourriture… Voilà ce qui pousse au nomadisme les éléphants de cette zone en proie à la sécheresse.
Des animaux dotés d’une « intelligence phénoménale », selon les spécialistes. « Il y a quelques mois, explique ainsi l’adjudant chef Bakary Kamé, un éléphant a retrouvé parmi dix enfants celui qui avait osé s’attaquer à un éléphanteau ».
Afin de mobiliser et de motiver « les brigades de vigilance », les autorités maliennes assurent une formation aux habitants.
Sur le plan judiciaire, le Mali est par ailleurs en train de durcir sa loi antibraconnage. Un projet de conservation et de biodiversité dans le Gourma est également mis en œuvre pour protéger le cadre de vie des animaux. Une fonction d’ « animateur de biodiversité » a été créée. « Notre rôle est d’éduquer, de sensibiliser les populations sur les méfaits du braconnage et de la destructuration de l’environnement », explique Amadou Boré, un animateur. « Quiconque veut venir ici pour s’attaquer aux défenses de l’éléphant trouvera sur place nos défenses "spéciales" : des fusils », lance-t-il

Cela se passe en 1968..


Cela se passe en 1968..

‘Quand Dieu créa le monde, la terre et l’univers,
Il voulut faire un lieu bien extraordinaire :
Une mer, un climat, un soleil éclatant,
Il fit si bien les choses qu’Il créa le Liban.

Mais quand Il aperçut un peu autour de lui
L’état de ses voisins l’Égypte et la Syrie,
J’ai été trop injuste, dit-Il, faut y remédier,
Et pour faire l’équilibre, Il créa le libanais.

Car l’étrange animal qui peuple ce pays
A tout temps fait partie d’une espèce bien à part.
Il a toujours vécu au gré de sa fantaisie
En se foutant du tiers comme bien sûr du quart.

Toutes les qualités et presque tous les défauts
Se trouvent réunis dans chaque concitoyen,
Il va prêcher le vrai pour connaître le faux
Et, pour se faire des sous, use tous les moyens,
Et tout cela remonte jusqu’aux Phéniciens,
Qui étaient je crois bien de drôles de paroissiens
Sillonnant toutes les mers sur leurs petits canots,

Trompant tout à chacun, les menant en bateau.
Mais à travers les siècles, les guerres et les conquêtes,
Leurs héritiers ont su se forger une tête,
Prenant par-ci par-là un trait du conquérant,
Ils se firent un visage au mélange savant :
Exalté comme le Perse, têtu comme l’Ottoman,
Combine mieux que l’Anglais, a la finesse du Franc,
La sagesse du Grec et l’ardeur du Romain,
La grandeur de l’Arabe et le génie Phénicien.

C’est un individu qui vit d’indépendance,
Qui fait tout de travers, gagne moins qu’il dépense.
Dans la vie de chaque jour, au travail, en amour
Avance, recule et passe puis fait le compte à rebours.
Quand il veut faire la cour à une fille qu’il aime,
Au milieu des caresses, des soupirs, des poèmes,
A sa chère dulcinée, il dit : ‘Je t’aime tant !
Tant pour cent sur la dot que te donnent tes parents.
Il suffit un beau jour qu’une chose soit interdite
Pour qu’on le voit la faire malgré la loi prescrite :
Il brûle les feux rouges, remonte les sens uniques,
Colle les affiches partout, manque d’esprit civique,
Pisse sur les trottoirs et crache dans la rue,
Puis se plaint à l’État, à la Ligue, à l’ONU.
Malgré tous ces défauts que je retrouve en moi,
Moi je suis bien content d’être né Libanais :
Car je mange quand j’ai faim, je chauffe quand j’ai froid,
Je dis ce que je pense, je crie ma liberté
Et tous mes petits défauts sont réduits à néant
Par ma seule qualité d’être né au Liban.’

DUDUL, Théâtre des 10 heures

Un gant de Michael Jackson vendu à 192 000 dollars


Un gant de Michael Jackson
 vendu à 192 000 dollars
L’Orient-Le Jour du 29/06/2010
 
Enchères

Un gant parsemé de brillants, porté par Michael Jackson durant une tournée mondiale en 1984, est parti pour 192000 dollars lors d’une vente aux enchères ce week-end à Las Vegas (Nevada, Ouest), organisée à l’occasion du premier anniversaire de la mort du « roi de la pop ». Le gant, l’une des signatures vestimentaires du chanteur de Thriller, était le clou d’une vente de plusieurs centaines d’objets ayant appartenu à des stars de la chanson, organisée de vendredi à dimanche à l’hôtel Planet Hollywood de Las Vegas par la maison d’enchères californienne Julien’s.
Plus de 200 objets en relation avec Michael Jackson – vêtements, photos, posters, disques, autographes… – ont été vendus, pour un montant avoisinant un million de dollars, selon le site Internet de Julien’s. Le gant, remporté par une habitante de Los Angeles, selon le journal local Las Vegas Review, a pulvérisé les estimations, tout comme de nombreuses autres pièces, essentiellement vestimentaires.
Une veste dédicacée portée par la star sur son tube Beat it est partie pour 132000 dollars, et deux autres vestes ont été adjugées plus de 100000 dollars. Un chapeau Fedora a trouvé preneur pour 56250 dollars, tandis qu’une paire de mocassins dédicacés est partie pour 90000 dollars.

À Medjugorje, la ferveur intacte, mais controversée, des pèlerins


À Medjugorje, la ferveur intacte,
mais controversée, des pèlerins
L’Orient-Le Jour du 29/06/2010

Le Vatican a mis en place une commission d’enquête sur
« les apparitions » fréquentes et controversées de la Vierge.
 Dado Ruvic/Reuters
 
Société
Près d’un million de personnes, venues du monde entier, gagnent chaque année le sud de la Bosnie, où la Vierge serait apparue.

Des dizaines de milliers de pèlerins catholiques ont convergé la semaine écoulée vers Medjugorje, village de Bosnie connu pour ses « apparitions » controversées de la Vierge, et beaucoup restent indifférents aux polémiques et à la prudence du Vatican, qui a ordonné une enquête.
« Si j’avais attendu que le pape et les évêques disent leur dernier mot sur les apparitions de la Vierge, mon âme n’aurait jamais trouvé la paix et la joie comme je les ai trouvées à Medjugorje », confie avec ferveur Evica Sibelic, 55 ans, une Croate venue de Vukovar, rencontrée au petit matin au pied de l’église Sveti Jakov (Saint-Jacques).

Le Vatican a annoncé en mars la mise en place d’une commission d’enquête internationale ayant pour tâche d’examiner les « apparitions » de Medjugorje, dans le sud de la Bosnie. « Cette intervention du Vatican est pour nous une excellente chose. On a vraiment la sensation, même la certitude intérieure que la Sainte Vierge est présente ici », se réjouit Roland Regnier, 56 ans, un pèlerin belge qui déclare faire le voyage de Medjugorje trois fois par an depuis 1987.
Selon différentes estimations, près d’un million de personnes, venues du monde entier, gagnent chaque année Medjugorje, où la Vierge serait apparue pour la première fois le 24 juin 1981 à six habitants du village. Trois d’entre eux, des adolescents à l’époque, expliquent encore aujourd’hui avoir des « rencontres » quotidiennes avec la Madone, les autres moins souvent. « C’est un don extraordinaire, mais aussi une responsabilité », lance Ivan Dragicevic, l’un des témoins, devant plusieurs milliers de pèlerins réunis samedi pour l’écouter sur l’esplanade se dressant derrière l’église Saint-Jacques.
« Il n’est pas facile d’être avec la Madone tous les jours, parler avec elle puis de retourner vivre sur terre. Plusieurs heures me sont chaque fois nécessaires pour retourner dans ce monde », raconte Ivan, aujourd’hui un homme marié et père de famille.
Les témoins de ces « apparitions » sont encadrés par des prêtres franciscains, mais leur histoire fait grincer des dents du côté de la hiérarchie de l’Église catholique locale. L’évêque de la région, Mgr Ratko Peric, connu pour son refus du phénomène des « apparitions », avait rappelé à l’ordre fin mai les prêtres franciscains qui dirigent la paroisse de Medjugorje. « Personne au sein de l’Église ne vous a demandé de prêcher sur les "apparitions" qui n’ont pas été confirmées (…) Si demain le Saint-Père adopte une autre attitude, on y adhérera (…) Je m’attends à ce que cela soit respecté », a-t-il mis en garde lors d’une messe.
La commission d’enquête est la troisième qui se penche sur le phénomène et elle est la première mise en place par le Vatican. « Cela montre quelle importance est accordée par le Vatican et le pape lui-même à ce phénomène », dit le théologien catholique bosniaque Franjo Topic, lui-même membre de cette nouvelle commission. Un autre théologien, Mato Zovkic, membre de la première commission d’enquête, se montre prudent à l’égard des témoins, dont les déclarations après les « apparitions » épousaient au début un peu trop à ses yeux les points de vue des franciscains, alors en conflit avec la hiérarchie de l’Église catholique bosniaque, sur des questions de propriété. « Dans les apparitions précédentes (telles que Lourdes et Fatima), la Madone ne s’est pas mêlée des questions administratives des responsables de l’Église. C’est, pour moi, un des aspects problématiques des témoins » de Medjugorje, estime Mgr Zovkic.
Mais pour le père Petar Vlasic, curé de la paroisse de Medjugorje, le « miracle » est déjà là, évident, celui de voir « tous ces gens heureux, qui marchent des heures et des journées entières sur les collines et qui prient ».

Fécondation artificielle : des risques pour le bébé ?


Fécondation artificielle : des risques pour le bébé ?

Depuis la naissance des premiers bébés éprouvette, une même question revient de manière récurrente : ces techniques d’assistance médicale à la procréation ont-elles des conséquences pour le bébé ? Une vaste étude française indique que ces enfants ont des risques de malformations plus élevés que les autres.

Une vaste étude française1 identifie un sur-risque de malformations importantes chez les bébés issus des techniques d’assistance médicale à la procréation. Enième rebondissement dans un débat récurrent aussi vieux que l’arrivée du premier bébé éprouvette (Louise Brown née en 1978 au Royaume-Uni) ou réelle remise en cause de ces pratiques ?

L’AMP représente 2,5 % des naissances en France

L’assistance médicale à la procréation (AMP) est mise en oeuvre lorsqu’un couple se trouve face à une infertilité constatée ou pour éviter la transmission d’une maladie grave à l’enfant ou à l’un des membres du couple. Ces pratiques sont strictement encadrées par la loi de bioéthique. Comme nous le précisait Emmanuelle Prada-Bordenave, Directrice Générale de l’Agence de Biomédecine2, on considère qu’une infertilité (sauf problèmes physiologiques ou anatomiques avérés) peut bénéficier de ces techniques si aucune grossesse n’intervient après une période de deux ans de rapports sexuels non protégés.

Selon le rapport de l’agence de biomédecine 20093, le recours à l’AMP reste globalement stable entre 2002 et 2007 : sur les 817 911 enfants nés en France en 2007 selon l’INSEE, 20 657 sont nés suite à une AMP (soit 2,5 %). Seul le recours à l’ICSI (technique qui consiste à injecter un seul spermatozoïde dans l’ovocyte), destiné principalement à traiter les infertilités masculines, est en augmentation. Cependant selon l’Agence de Biomédecine, cela ne traduit pas une augmentation de l’infertilité masculine, qui reste la raison de 30 % des recours à une AMP. Un constat qui reste cependant l’objet d’un vif débat.

Davantage de risques de malformations avec l’AMP

Utilisées depuis des dizaines d’années, ces techniques d’assistance médicale à la procréation sont-elles sans danger pour le(s) bébé(s) ? Plusieurs études ont tenté de répondre à cette question avec des réponses contradictoires4,5,6… Par son ampleur, la nouvelle étude française conduite par le Dr Géraldine Viot, généticienne à la maternité de Cochin apporte un élément de réponse de poids. Présentée lors du congrès de la société européenne de génétique humaine 2010, cette enquête est le résultat du suivi entre 2003 et 2007 de 33 centres d’AMP (soit près d’un tiers des cliniques permettant un recours à l’AMP). Au total, 15 162 enfants ont été régulièrement suivis jusqu’à l’âge de 5 ans, grâce à des questionnaires remplis régulièrement par des pédiatres et les parents. La proportion de malformations a été comparée aux registres nationaux.

Résultat : "Nous avons constaté des cas de malformation congénitale importante chez 4,24 % des enfants (NDLR : par rapport à 2-3 % chez le reste de la population). Ce taux plus élevé est en partie dû à un excès de maladies cardiaques et de malformations du système urogénital. Des problèmes qui ont été beaucoup plus fréquents chez les garçons. Parmi les malformations mineures, nous avons trouvé un taux cinq fois plus important d’angiomes, des tumeurs bénignes composé de petits vaisseaux sanguins sur ou près de la surface de la peau. A contrario, leur fréquence était deux fois plus élevée chez les filles que chez les garçons" précise le Dr Viot.

Mieux comprendre les causes de ces malformations

Les chercheurs soulignent que leurs résultats sont loin des 11 % de malformations majeures signalés dans certaines études antérieures. Néanmoins selon le Dr Viot, il est important d’informer les couples sur ces risques : "On estime qu’en France, quelques 200 000 enfants sont nés après AMP et donc un taux de malformations de cette ampleur constitue un problème de santé publique. Il est important que tous les médecins mais aussi les responsables politiques en soient conscients". Des conclusions que François Thepot, adjoint du directeur médical et scientifique de l’Agence de Biomédecine, veut temporiser : "Cette étude ne change pas fondamentalement les données du problème. Il ne s’agit pas des seules données disponibles sur le sujet. La Suède dispose d’un registre comptant plus de 12 000 enfants nés par procréation médicament assistée suivis sur près de 19 ans. Et ce registre n’a jusqu’alors pas identifié de sur-risque de malformations parmi cette population" (Lire l’interview complète de François Thépot).

Plus qu’une remise en cause des pratiques, ces données soulignent néanmoins l’importance d’une bonne information des couples candidats et l’intérêt de poursuivre la recherche pour "comprendre la relation entre ces troubles et les milieux de culture d’embryons, le calendrier de transfert d’embryons, les effets de la stimulation ovarienne, l’utilisation de l’ICSI, la congélation des gamètes et des embryons"7, voire l’âge des candidats ou les causes mêmes de l’infertilité qui ont conduit à recourir à ces techniques. Les chercheurs de l’équipe du Dr Viot poursuivent ainsi leurs travaux en suivant 4 000 autres questionnaires d’enfants nés en 2008 et en évaluant le développement moteur des enfants nés en 2003.

David Bême, le 22 juin 2010

Sources :

1 – "Is there an increased risk of congenital malformations after Assisted Reproductive Technologies (ART)? Results of a French cohort composed of 15 162 children" – Abstract C06.1 – European Human Genetics Conference 2010 – Gothenburg, Sweden – June 12 – 15, 2010 – (accessible en ligne)
2 –
Les conditions d’accès à l’Assistance médicale à la procréation (AMP) – Interview d’Emmanuelle Prada-Bordenave, Directrice Générale de l’Agence de Biomédecine – 25 novembre 2008
3 – "L’assistance médicale à la procréation en France en 2009" – Dossier de presse – Agence de Biomédecine (
disponible en ligne)
4 – Lancet. 2001 Jun 30;357(9274):2080-4. (
abstract disponible en ligne)
5 – Lancet. 2002 Feb 23;359(9307):673-4. (
abstract disponible en ligne)
6 – Hum Reprod. 2009 Sep;24(9):2321-31. (
étude complète en ligne)
7 – L’âge des parents d’enfants malformés ne semble pas être un facteur déterminant, dans l’étude menée par l’équipe du Dr Viot.

LA PARESSE TOTALE


LA PARESSE TOTALE
 
 
LE PORTEFEUILLE…
Une soirée de bienfaisance bat son plein et l’animateur fait stopper la musique au grand étonnement d’un public nombreux.

– « Mesdames et Messieurs, excusez-moi d’interrompre un instant cette danse mais j’ai une annonce importante a vous faire ; le docteur Zimmerman ici présent à perdu son portefeuille contenant 5000 Euros dans cette salle et offre 200 Euros à celui ou celle qui le rapportera ! »

Et du fond de la salle une voix s’élève et dit :

– « Et moi, j’offre 400 Euros »

(merci à JIM pour cette farce)

Pensée du 29/06/2010.


Pensée du 29/06/2010.

"Beaucoup de formules mathématiques peuvent être transposées dans
le plan psychique. Prenons la formule : un sur l’infini tend
vers zéro. Interprétée symboliquement, elle signifie que l’être
humain qui s’éloigne de l’Un, qui s’éloigne de Dieu, va
totalement se perdre à la périphérie de l’existence et un jour il
ne restera presque rien de lui ; c’est la mort, la mort
spirituelle qui l’attend.
La vie est dans le un. Nous devons travailler chaque jour à nous
approcher du nombre un, qui est Dieu Lui-même. Lorsque Jésus
disait : « Mon Père et moi nous sommes un », il montrait qu’il
avait compris et réalisé ce grand principe de l’unité : il s’est
fondu dans le Père pour devenir un avec Lui. Toutes les créatures
qui ne sont pas inspirées par la philosophie de l’unité enseignée
par Jésus et tous les grands Maîtres spirituels, finissent par se
disloquer et perdent le sens de la vie."

Omraam Mikhaël Aïvanhov
 

158

Laisser aller son coeur


Pour lire Antigone et tant d’autres

Laisser aller son coeur

Laisser aller son cœur
A la sagesse des mots,
Ecrire quand sonne l’heure
Du doute, et qu’en écho,

La pluie saute à la corde,
Sur le pavé mouillé,
Et sème la discorde
Au vent de mes pensées.

Il suffirait d’un signe,
D’un geste de la main,
Que mon âme se résigne
Et qu’il ne reste rien,

Rien de plus qu’un regard,
Sur le pont suspendu,
Des bribes de mémoire
Que le temps s’évertue

A gommer en silence…

(12.11.2005)

© Poème d’Antigone

Le 29 juin dans l’histoire


Le 29 juin dans l’histoire
 
1900 : naissance de l’écrivain et aviateur Antoine de Saint-Exupéry (mort le 31 juillet 1944).
1921 : naissance de l’écrivain Frédéric Dard, père de San Antonio (mort le 6 juin 2000).

1949 : l’apartheid entre en application en Afrique du Sud.
1956 : mariage de Marilyn Monroe et Arthur Miller.
1967 : mort de l’actrice américaine Jayne Mansfield.
1980 : Vigdis Finnbogadottir devient présidente de la République en Islande.
1986 : l’Argentine remporte la Coupe du monde de football face à la RFA.
1992 : assassinat de Mohammad Boudiaf en Algérie.
2000 : décès du comédien italien Vittorio Gassman.
2003 : décès de Katharine Hepburn, actrice américaine, lauréate de l’Oscar de la meilleure actrice à quatre reprises (née le 12 mai 1907).
 
 
pin0629

Des tricheurs


29 Mardi
juin

Ne soyons plus de petits enfants, ballottés et emportés çà et là à tout vent de doctrine par la tromperie des hommes, par leur habileté à user de voies détournées pour égarer.
Éphésiens 4. 14
Parlez la vérité chacun à son prochain.
Éphésiens 4. 25

Des tricheurs

Le terme traduit en Éphésiens 4. 14 par “tromperie” signifie plus précisément en français : “tricherie”. Il dérive, en grec, du mot qui désigne les dés à jouer, qu’on truque si souvent.

C’est ce que l’on fait lorsqu’on explique la Parole de Dieu en la détournant habilement de son sens. De pareils tricheurs étaient déjà dénoncés par les apôtres. Comment les reconnaître, sinon en lisant attentivement, avec prière et humilité, la Parole de Dieu, pour être formé par elle. Alors Dieu lui-même, par son Esprit, nous “conduira dans toute la vérité” (Jean 16. 13).

N’est-il pas significatif que les apôtres, comme l’avaient déjà fait les prophètes de l’Ancien Testament, nous mettent sans cesse en garde contre cette falsification et ce détournement des Saintes Écritures, qui commençaient déjà.

Parmi les procédés employés par les faux enseignants de la Bible, l’un des plus courants consiste à retirer un passage de son contexte, ou encore à donner à une portion de la Bible une importance particulière, comme si, par exemple, les évangiles étaient supérieurs aux épîtres. La Bible forme un tout – Ancien et Nouveau Testaments€€– et l’application des vérités contenues dans ses deux grandes parties est à faire avec l’intelligence que Dieu donne à ceux qui en reçoivent humblement l’enseignement et les mettent en pratique. Toutefois, du commencement à la fin, elle est tout entière la Parole de Dieu, elle nous amène toujours à Jésus Christ. “La vérité est en Jésus” (Éphésiens 4. 21).

labonnesemence