Pensée du samedi 15 décembre 2018


la condition du Bonheur : aimer –
« Comme pour la majorité des humains, le bonheur pour vous est lié à l’amour, et vous avez raison. Seulement, si vous attendez d’être aimé, vous ne serez jamais véritablement heureux, parce que vous comptez sur quelque chose de trop incertain. À un moment ou à un autre vous serez aimé, mais le moment suivant, comment savoir ce qui va se passer ? Ne comptez pas sur l’amour des autres. S’il vient, souhaitez-lui la bienvenue, mais mieux vaut ne pas mettre tous vos espoirs en lui.
Croyez-moi, si vous voulez être heureux, ne demandez pas qu’on vous aime. Aimez, vous. Aimez jour et nuit. Peut-être recevrez-vous un jour un amour formidable, pourquoi pas, cela peut venir. Mais n’attendez pas. Voilà comment, si vous êtes sage, vous résoudrez ce problème : vous ne compterez que sur votre amour. Vous aimerez et vous serez heureux, heureux et libre ! »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

La statue



Une femme est dans son lit avec son amant lorsqu’elle entend son mari ouvrir la porte.
« Dépêche! » dit-elle, « Tiens toi debout dans ce coin. »
Elle l’enduit d’huile de bébé et le soupoudre avec de la poudre de talc.
« Ne bouge pas jusqu’à ce que je te le dise » murmure-t-elle. « Prétend que tu es une statue. »
« Qu’est-ce que c’est chérie? » demande le mari au moment où il entre dans la chambre.
« Oh, ce n’est qu’une statue, » réplique-t-elle nonchalamment. « Les Smiths en ont achetée une pour leur chambre. Je l’aimais tellement que je m’en suis procurée une pour nous deux. »
Aucune autre parole ne fut prononcée concernant la statue, pas même plus tard, durant la nuit lorsque les deux allèrent se coucher.
Dans les environs de deux heures du matin, le mari se lève du lit pour aller dans la cuisine. Il revient quelques instants plus tard avec un sandwich et un verre de lait.
« Tiens, » dit-il à la statue, « mange quelque chose. Je suis resté ainsi debout comme un idiot chez les Smiths pendant trois jours, et personne ne m’a rien offert sauf un verre d’eau. »

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

La secrétaire robot 
Une secrétaire indispensable pour son patron souhaite prendre des vacances. Malheureusement, le patron refuse toutes les secrétaires par
intérim qu’elle lui présente. Après de longues recherches, elle déniche une secrétaire robot, très bien moulée, avec toutes les fonctions de la secrétaire modèle.

Le patron hésite devant ce modèle de latex fort joli et s’interroge sur ses capacités. La secrétaire (en chair et en os) lui fait une démonstration :
C’est très simple, il y a quelques boutons dans le dos, celui-ci pour la fonction dactylo, celui-ci la fonction sténo, celui-là pour la fonction standard. Ensuite il y a quelques fonctions personnelles mais c’est à vous de les découvrir.

Le patron emmène donc le robot dans son bureau et, quelques secondes plus tard, on entend un grand hurlement de douleur.

Et la secrétaire (en chair et en os) entre dans le bureau et dit: Mon Dieu, je crois que j’ai oublié de vous dire que la bouche est un taille-crayon…

La pêche interdite


Un couple va à la pêche pour leurs vacances près d’un parc national.

Le mari aime pêcher à l’aube; son épouse préfère lire.

Un matin, le mari revient après plusieurs heures à la pêche et décide de faire un petit somme. La femme décide de prendre le bateau. Elle n’est pas familière avec le lac donc elle rame, ancre le bateau et commence à lire son livre.

Peu après arrive le garde forestier dans son bateau. Il s’approche du bateau et dit :
– Bonjour, Madame. Qu’est-ce que vous faites ?
– Je lis mon livre, répond-t-elle et elle pense « Est-ce que ce type est aveugle ou quoi ? »
– Vous êtes dans une zone interdite de pêche, dit-il.
– Mais, Officier, je ne pêche pas. Est-ce que vous ne pouvez pas voir cela ?
– Mais vous avez tout l’équipement, Madame. Je vais devoir vous emmener et vous accuser.
– Si vous faites cela je vous accuserai de viol, répond la femme furieusement.
– Je ne vous ai même pas touché, rouspète le garde forestier.
– Oui, c’est vrai… Mais vous avez tout l’équipement nécessaire !

Pensée du vendredi 14 décembre 2018


nos Lampes intérieures : les allumer à la lumière divine –
« La tristesse, le découragement, l’irritation… faites votre possible pour sortir de ces états en allumez les lampes que le Créateur a placées en vous… toutes sortes de lampes, grandes, petites, colorées… Comment les allumer ? Tout simplement comme vous faites pour allumer les lampes chez vous.
Dans chaque maison il existe une installation électrique qui dépend d’une centrale, et lorsqu’on veut s’éclairer, on appuie sur un bouton. Intérieurement, vous possédez tous une installation identique qui reçoit le courant de la Centrale cosmique : Dieu. Dans le monde physique, il y a un bouton, un commutateur qu’il faut tourner ou presser. Dans le monde psychique, la pensée suffit. Vous vous concentrez sur le Seigneur, la Lumière des lumières, en pensant que vous allumez des lampes dans tout votre être. Une première s’allumera, puis une autre… Ne vous arrêtez pas, d’autres encore s’allumeront et à la fin ce sera une véritable illumination. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du jeudi 13 décembre 2018


la Dignité de l’homme : devenir le tabernacle de l’Éternel –
« On dit parfois de quelqu’un qu’il a perdu sa dignité d’homme, ou d’un autre au contraire qu’il a su garder sa dignité. Mais la dignité n’est pas encore une notion claire : on a tendance à la confondre avec la fierté ou l’orgueil. Non, notre véritable dignité d’être humain consiste à respecter tout ce que Dieu nous a donné, à commencer par notre corps physique, mais aussi et surtout notre cœur, notre intellect, notre âme, notre esprit.
En tant que disciples d’un Enseignement spirituel, vous devez vous pénétrer de la pensée que chacun de vous est un tabernacle de l’Éternel où ne doivent entrer et sortir que les éléments les plus purs : des pensées, des paroles, des sentiments imprégnés de lumière. Tous ceux qui ne surveillent pas ce qui entre en eux ou ce qui en sort, et qui sans aucun discernement se laissent guider par n’importe quelle émotion ou sensation, ne peuvent pas conserver leur véritable dignité. Devenir un tabernacle de l’Éternel nécessite une grande discipline, une grande exigence vis-à-vis de soi-même. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Ah ces gosses !!!


Un exploitant agricole est réveillé en pleine nuit par du chahut dans son étable. Il s’y précipite et se rend compte qu’une des vaches et en train de mettre bas.

Alors qu’il aide l’animal, l’homme s’aperçoit que son fils age de quatre ans l’a rejoint et qu’il observe la scène avec une curiosité évidente… L’agriculteur hésite un instant et se dit finalement:
– Je vais le laisser regarder et s’il a des questions, je lui répondrais.

Quand l’accouchement se termine enfin et que le petit veau se redresse malhabilement sur ses pattes, l’homme interroge son fils:
– Alors Benoît, tu as des questions ?
– Oui j’en ai une papa, répond le fiston, A quelle vitesse il allait le veau quand il a percuté la vache ?