Pensée du lundi 2 juillet 2012.


« Comment conserver votre amour ? Comment faire pour qu’il dure
le plus longtemps possible ? En évitant de vous précipiter sur
l’être que vous commencez à aimer pour le dévorer. Parce
qu’après ces grandes ébullitions, la lassitude viendra très
vite, et vous perdrez votre inspiration et votre joie. Comme
celui qui a trop mangé et à qui la nourriture ne dit plus rien.
Mais les humains semblent toujours pressés de détruire tout ce
qui peut embellir leur vie et lui donner un sens. Cet amour qui
leur apporte toutes les bénédictions, qui leur apporte le Ciel,
ils le sacrifient pour quelques minutes de plaisir. Pourquoi
n’essaient-ils pas de retarder les manifestations physiques de
leur amour, afin de prolonger le plus longtemps possible cette
sensation d’émerveillement qu’ils sont en train de
goûter ? Eh non, ils éprouvent une attirance, et il faut vite
en finir.
Mais alors que se passe-t-il ? Même quand ils se marient et
qu’ils ont des enfants, ils continuent à vivre ensemble par
habitude, pour respecter les conventions, pour faire bonne figure
devant les amis, les parents ; mais intérieurement, depuis
longtemps déjà, ils se sont quittés. Ce sont les sensations
subtiles qui entretiennent l’amour, qui prolongent et
embellissent la vie. C’est cela le véritable élixir de la vie
immortelle. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Mon Poème du lundi: Une perle marocaine


J’ai trouvé sur MSN

Une perle marocaine

D’une rare  pureté ,

Une source de beauté .

 

Le regard de Zoubaida

Est si tendre qu’il m’aida

A découvrir sa grandeur

Dans sa pureté de coeur .

 

Pour toi , jeune Marocaine ,

J’ai tant d’amour et je peine

D’être si vieux pour ton âge ,

Toi , fille au joli visage .

 

Je voudrais pouvoir surtout

Poser un baiser très doux

Sur le creux de tes deux mains

Et y laisser mon destin .

 

Fais de moi ce que tu veux :

Homme heureux ou malheureux ;

Pour toi je serai toujours

Prisonnier de ton amour .

 

Sami Chaiban .

 

03/01/2007 .

Un enfant de deux ans avec une gigantesque tumeur plus grosse que lui, pesant 15 kilos.



1 enfant tumeur.jpgUne tumeur plus grosse qu’un enfant !

 

Des médecins mexicains ont retiré à un enfant de deux ans une gigantesque tumeur plus grosse que lui, pesant 15 kilos.

 

«L’enfant est arrivé en pesant 27 kilos, dont plus de la moitié était due à une malformation grave, très complexe, correspondant à une tumeur qui s’était étendue sur une partie du thorax et de l’abdomen», a annoncé mercredi le chirurgien Jaime Zaldivar, chef de l’équipe médicale ayant mené à bien l’opération dans un hôpital de la capitale. Jesus Gabriel, originaire de l’État de Durango (nord), a subi une intervention de 10 heures le 14 juin et récupère de façon satisfaisante, selon son médecin.

 

Il a recommencé à marcher, bien que cela lui coûte car il en a perdu l’habitude», a ajouté le docteur Zaldivar, estimant que l’enfant avait de bonnes chances de pouvoir désormais mener une vie normale.

 

La mère de Jesus Gabriel a raconté que son fils était né avec cette tumeur, détectée au cours de la grossesse. Elle a assuré qu’elle avait fini par penser qu’il serait impossible de sauver la vie de son enfant, considérant la taille démesurée de l’excroissance. Le médecin a expliqué que la tumeur n’était pas cancéreuse mais que son expansion aurait pu finir par compromettre le fonctionnement d’organes vitaux.

lessentiel

2 juillet : Journée internationale des coopératives


2 juillet : Journée internationale des coopératives

6 juillet : Journée internationale des coopérativesMessage du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée internationale des coopératives:

« Le microfinancement, c’est notre affaire! Coopérer pour sortir de la pauvreté »: tel est le thème retenu pour la Journée internationale des coopératives, ce qui semble tout à fait approprié en cette Année internationale du microcrédit. Il montre que les coopératives et le microfinancement, lorsqu’ils sont utilisés et administrés de façon appropriée, peuvent aider les plus démunis à améliorer leurs conditions de vie.

Les coopératives offrent depuis longtemps déjà des services financiers aux pauvres et aux personnes à faible revenu. Les caisses populaires et les mutuelles de crédit ont été créées pour atténuer la pauvreté et réduire l’endettement élevé des petits exploitants agricoles et des artisans dans les villes et les campagnes. Les coopératives poursuivent sur cette voie aujourd’hui, en particulier en offrant des services de microfinancement abordables et équitables. Les études de l’Organisation des Nations Unies montrent qu’en facilitant aux pauvres l’accès au crédit et à des produits d’épargne et d’assurance à faible risque, les services de microfinancement les aident à augmenter leurs revenus, protéger leurs biens et faire face aux crises.

Les coopératives sont bien placées pour aider les pauvres, notamment dans les régions délaissées par les banques commerciales. À l’inverse des établissements financiers qui cherchent à dégager un profit, les coopératives financières s’attachent avant tout à proposer des services qui bénéficient à leurs membres. Elles appartiennent en propre à leurs membres, qui sont aussi leurs clients et qui les gèrent démocratiquement. Elles sont proches des collectivités qu’elles servent et sont bien placées pour exécuter des politiques et des programmes adaptés aux conditions locales et aux intérêts et besoins de leurs membres. Elles peuvent ainsi renforcer la participation des pauvres aux mécanismes de prise de décision et de gestion. Dans le même temps, elles favorisent l’instauration de conditions sociales favorables au remboursement de la grande majorité des prêts.

Voilà pourquoi, dans le cadre des initiatives mondiales que nous avons engagées pour réduire la pauvreté et parvenir au développement durable, nous devons considérer les coopératives comme des instruments qui ont fait leurs preuves en permettant aux pauvres, en particulier aux femmes, d’avoir accès au microfinancement et de prendre leur destin en main. Voilà pourquoi l’Organisation des Nations Unies œuvre sans relâche pour encourager les coopératives. En cette journée internationale, j’encourage vivement les gouvernements et toutes les parties intéressées à faire de même.

Un Calamar lui Ejacule dans la Bouche [Miam x100]


Un Calamar lui Ejacule dans la Bouche [Miam x100]

Social Fuzz | Publié par Laura

Même lorsque l’on pense ces petites bestioles hors d’état de nuire, elles arrivent toujours à nous jouer des tours ! Et c’est malheureusement ce qui est arrivé à une pauvre Coréenne, qui dégustait tranquillement des calamars cuisinés.

Donc, si on fait un petit point, dans “cuisiné” on entend bien entendu “mort”. Eh bien pas tout à fait ! Alors qu’elle était en plein repas, la femme a senti comme une piqûre à l’intérieur de sa bouche, sur les parois des joues. Transportée en urgence à l’hôpital, les médecins ont découvert des traces de spermes de calamar sur sa langue, ses joues et ses gencives. On en salive déjà, chez Social Fuzz !

Apparemment, le petit animal a dû se sentir vraiment à l’aise à l’intérieur de la bouche de sa “victime”…

Heureusement, plus de peurs que de mal, mais on ose penser que la femme ne mangera plus de calamars d’ici un bon petit moment !

Source : Buzzfeed

INSOLITE • Libérer 500 kilos de serpents, c’est bon pour le karma | Courrier international


L'article du Daily Telegraph

L’article du Daily Telegraph

Libérer 500 kilos de serpents, c’est bon pour le karma

13.06.2012 | Courrier international

Relâcher des animaux captifs dans la nature ? Rien de tel pour améliorer son karma. Mais cet acte de miséricorde n’a pas toujours les résultats escomptés. Un millier de serpents libérés par un groupe de bouddhistes pékinois ont récemment causé la panique dans un village de la province du Hebei, rapporte le Global Times. Les reptiles n’ont pas pu goûter longtemps à leur liberté retrouvée : des centaines d’entre eux ont été tués, rapporte le quotidien chinois. Les libérateurs, qui avaient acheté 500 kilos de serpents sur un marché pékinois, ont dû s’acquitter d’une amende de 40 000 yuans (5 000 euros). “Les gens pensent que libérer des animaux captifs est une bonne action, mais le faire sans avertir l’administration est illégal. Cela peut mettre des vies en danger et perturber sérieusement l’équilibre écologique”, tempête Wang Minzhong, des services forestiers du comté de Xinlong. “Il n’y a rien de mal à relâcher des serpents, mais l’endroit était mal choisi, si bien que ces créatures ont été tuées au lieu d’être sauvées, ce qui est un très mauvais exemple.” En mai, 100 reptiles ont été écrasés par des voitures après avoir été relâchés en montagne dans le district de Fangshan. L’an passé, note The Daily Telegraph, des renards libérés s’en sont pris à un élevage de 20 000 poules. La pratique bouddhiste plurimillénaire du fang sheng est devenue une véritable industrie en Chine. Le rituel de libération des animaux est un commerce juteux pour les vendeurs de tortues, de serpents ou de poissons de Pékin. Chaque week-end, des groupes partent vers la campagne pour relâcher des animaux achetés dans la capitale. La libération du serpent, animal mal-aimé, est particulièrement payante spirituellement pour les libérateurs. Mais l’élévation des uns fait le malheur des autres. Cinq habitants du village de Suizhong – une destination de choix pour les bouddhistes compatissants – ont été mordus par des reptiles rendus à la nature. L’un d’eux n’aurait pas survécu, indique The Daily Telegraph.

On se muscle avec des restes de tanks !



reste de tank.jpgOn se muscle avec des restes de tanks !

 

On trouve en plein Kiev l’un des fitness les plus insolites. Ses utilisateurs ont construit les appareils dans les années 1970 avec des pièces de chars d’assaut.

 

La ville de Kiev regorge des sites insolites. Sur l’île de l’Hidroparc, entourée par le fleuve Dniepr, se trouve un fitness en plein air, construit en 1972. Les appareils ont été conçus avec des pièces de chars d’assaut, de tracteurs ou de la ferraille récupérée çà et là.

 

En métro, on atteint rapidement l’île. De loin, on entend le cliquetis des chaînes avec lesquelles les appareils sont protégés contre le vol. Le beau temps a motivé une centaine d’hommes à sculpter leur corps. Certains d’entre-eux parlent un peu l’anglais: «Tout le monde, toutes les nationalités sont les bienvenues ici», expliquent-ils. La plupart s’entraînent à torse-nu et font étalage de l’efficacité de leurs entraînements. Si, à première vue, on ne voudrait pas se retrouver seul dans un coin sombre avec eux, ils se montrent très vite sympathiques et intéressés par la caméra.

 

Un fitness gratuit pour tous

 

Le fitness est gratuit pour tous. Un don est toujours bienvenu. Le «propriétaire», un certain Peter, risque de se montrer. Au loin, notre regard est attiré par un vieil homme de 85 ans, qui vient ici tous les jours. «Après mon entraînement, je vais nager dans le Dniepr, peu importe la météo», confie-t-il.

 

Plus loin, un autre homme, vêtu d’un maillot du Bayern de Munich travaille sa musculature. «J’ai 65 ans, mais je fais plus jeune, non?», plaisante-t-il.

 

Un don pour une interview

 

Connaître le poids exact qu’on soulève? Impossible. Les appareils ne sont d’ailleurs par réglables.

lessentiel