Pour rester en bonne santé, mangez des fraises ! – Les news Nutrition de Doctissimo


D’après un célèbre proverbe anglais, une pomme par jour permettrait d’éloigner le Docteur ("an apple a day keeps the doctor away"). Mais selon une récente étude américaine, les fraises seraient elles aussi d’incroyables alliées santé ! Une forte consommation de ces délicieux fruits rouges pourrait prévenir et améliorer l’évolution de certaines maladies comme le diabète, certains cancers (de la prostate notamment) mais également la maladie d’Alzheimer.

La fisetine, un flavonoïde miracle ?
A l’origine de ces effets, on retrouve la fisetine, un flavonoïde (antioxydant) très concentré dans les fraises mais également présent dans d’autres fruits et légumes. L’équipe de scientifiques du Salk Institute’s Cellular Neurobiology Laboratory avaient déjà travaillé sur la fisetine (montrant notamment des effets neuroprotecteurs). Dans le cadre de l’étude publiée dans la revue PloS ONE, ils se sont attachés à démontrer ses effets face au diabète. Pour ce faire, ils ont nourri des souris de type Akita (bon modèle pour étudier les diabètes de type 1 et 2) avec un régime enrichi en fisetine.

Au final, ils ont constaté une nette amélioration des symptômes liés au diabète chez ces souris : le processus d’hypertrophie des reins, caractéristique du diabète, avait été inversé et le niveau de protéines dans les urines (bon indicateur de diabète également) a littéralement chuté ! Par ailleurs, le comportement anxieux des souris diabétiques a lui aussi été amélioré.
Les chercheurs pensent même avoir mis en évidence les mécanismes moléculaires sous-tendant ces effets : la fisotine activerait une enzyme, la glyoxalase-1, responsable de la suppression de précurseurs toxiques de la glycation (processus grâce auquel les sucres du sang et du cerveau se fixent aux protéines).
Cette enzyme pourrait également agir sur des processus similaires (activité inflammatoire) ayant lieu dans le cadre de certains cancers.

37 fraises par jour… Un régime difficile à tenir
Ainsi, la fisetine suscite ainsi de nombreux espoirs ! Petit bémol néanmoins : pour pouvoir reproduire l’expérience chez l’homme, il faudrait se nourrir de 37 fraises par jour… en partant du principe que la fisetine serait métabolisée de la même manière chez les souris que chez l’homme.
Mais d’après Pamela Maher, étant donné qu’un tel régime alimentaire serait difficile à tenir, des suppléments à base de fisetine ou mimant son effet, seraient plus appropriés. "Il y a de plus en plus de preuves qui démontrent l’intérêt que tous les polyphénols comme la fisetine sur de nombreuses maladies. Espérons qu’une combinaison de ces composés puisse un jour être à l’essai dans une étude clinique".

Emeline Dufour

Sources :

- Flavonoids Flavonoids could represent 2-fisted assault on diabetes and nervous system disorders , Communiqué de Salk Institute, 27 juin 2011

- Maher P, Dargusch R, Ehren JL, Okada S, Sharma K, et al. (2011) Fisetin Lowers Methylglyoxal Dependent Protein Glycation and Limits the Complications of Diabetes. PLoS ONE 6(6): e21226. doi:10.1371/journal.pone.0021226 (étude accessible en ligne)

About these ads
Catégories : Santé et bien-être | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com. Thème Adventure Journal.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 197 followers

%d bloggers like this: