Archives quotidiennes : 11 mars 2012

Pensée du dimanche 11 mars 2012.


« À chaque instant vous pouvez recevoir du monde invisible un avertissement, une nouvelle, un éclaircissement… Alors, soyez attentif, à l’écoute, afin de créer en vous une sorte de cellule photo-électrique qui vous avertira qu’une entité, un courant, est en train de passer. Et, tout de suite, cherchez à savoir quelle est sa nature. Quand vous sentez qu’un courant lumineux vient vous effleurer, restez immobile jusqu’à ce qu’il ait pris possession de vous. Attendez qu’il pénètre profondément dans votre âme, et il vous accompagnera ensuite tout au long de la journée dans chacune de vos activités. Plus un courant est de nature spirituelle, plus il passe rapidement. Les courants divins traversent l’espace avec la rapidité de l’éclair. C’est pourquoi tâchez de tenir vos centres subtils en état de réagir immédiatement. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Catégories : CONSEIL | Poster un commentaire

Le dessinateur Jean Giraud, alias Moebius, est mort | Slate


 Capture d'écran du site officiel de Blueberry

Le dessinateur et scénariste Jean Giraud est mort ce samedi 10 mars au matin selon Europe1, qui a eu confirmation par sa femme et sa belle-sœur. Il était connu sous son propre nom mais aussi sous ceux de Moebius et Gir, pseudonyme sous lequel il avait signé la série de BD western à succès Blueberry.

Il avait été consacré «Meilleur artiste en arts graphiques» par Jack Lang, alors ministre de la Culture, et décoré de l’Ordre des Arts et des Lettres par le président de la République François Mitterrand en 1985, rappelle RTL. Un timbre postal reproduisant une de ses créations a été émis en 1988. Lors d’une tournée triomphale en 2009 au Japon, pays du manga où le dessinateur était admiré, Go Nagai, créateur du dessin-animé Goldorak, disait de lui:

«Moebius a inventé un nouveau monde fantastique, ouvert de nouveaux horizons.»

Le journaliste Patrice Novotny écrivait à cette occasion:

«En 50 ans de carrière, Jean Giraud a notamment […] transformé le dessin de science fiction, avec le cycle « L’Incal » ou « Arzach », sous le nom de Moebius.

Son imagination et sa technique lui ont valu de participer à des oeuvres importantes du cinéma d’anticipation, comme « Alien » de Ridley Scott ou « Abyss » de James Cameron.»

«Doté d’une puissance d’imagination et une capacité d’évocation hors du commun, il avait aussi une maîtrise impressionnante de la parole, savait parler comme personne de son œuvre» écrit le blog «Le Comptoir de la BD» du site Lemonde.fr, qui rend hommage au dessinateur:

 «Les hommages vont se succéder à n’en pas douter de la part de ses pairs et du monde de la culture, je vois déjà d’ici les témoignages provenir du Japon, des Etats-Unis, d’Europe et de la part des millions de lecteurs qui ont un jour partagé ses rêves fantastiques. Je me joins à eux pour adresser à Jean un bon voyage parmi les étoiles qu’il a tant explorées et dont il a rapporté des images indélébiles, et à sa famille des pensées tendres, respectueuses et amicales, exactement à l’image de ce grand monsieur qui, je peux en attester, savait parler d’une égale gentillesse aux humbles comme aux puissants.»

Photo: Capture d’écran du site officiel de Blueberry

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

Carla, la présidente amoureuse, par Juliette Benzoni – Le Point


 

Cette semaine, Patrick Besson emprunte la plume de célèbres romancières pour nous raconter la campagne électorale.

Carla Bruni-Sarkozy

Carla Bruni-Sarkozy© Caroline Blumberg / AFP

Par Patrick Besson

En cette bonne ville de Paris, le printemps s’annonçait dans sa luminosité majestueuse. Le président, dans son bureau, songeait à la grandeur de la France en regardant le parc verdoyant du palais. Il était trop absorbé dans ses pensées pour entendre le chant des oiseaux. Il se demandait à quelle heure arriverait la présidente. Ils avaient prévu de déjeuner en tête à tête, car en cette période de campagne électorale, ils se voyaient peu et ça leur manquait parce qu’ils s’aimaient comme au premier jour, ce fameux jour où, chez un célèbre affichiste, ils s’étaient retrouvés assis l’un à côté de l’autre et avaient compris que c’était ainsi qu’ils passeraient le reste de leur vie : assis l’un à côté de l’autre. Dans un palais. Celui de l’Élysée.

On frappa à la porte : deux coups longs, un coup court. Il comprit que c’était la présidente. C’était un code entre eux. Ils l’avaient défini un soir qu’ils regardaient un film d’espionnage d’Alfred Hitchcock sur leur lecteur DVD.

- Entre, ma chérie.

La porte s’ouvrit en grand et apparut la présidente, dans toute sa beauté intimidante et féline. Elle s’était vêtue, à son habitude, avec la plus extrême élégance. Elle regarda autour d’elle et dit :

- Il faudrait repeindre ce bureau.

- J’attends le résultat des élections, dit le président.

Elle sourit. C’était cela qu’elle aimait chez lui : le sens politique, l’à-propos stratégique, la finesse tactique. Elle avait tout de suite été attirée, disait-elle dans les rares interviews qu’elle donnait à la presse de notre pays, par l’intelligence de son mari.

- Ça fait longtemps que nous ne sommes pas allés au Tong Yen, dit-elle.

- Qu’à cela ne tienne : je fais réserver une table.

Le Tong Yen est le restaurant chinois le plus célèbre de Paris. S’y retrouvent, depuis plusieurs décennies, tout ce que la ville compte de gens importants. La cuisine y est exquise. C’était, avant même qu’ils se connaissent, l’établissement gastronomique préféré du président et de la présidente à une époque où ils n’étaient ni président ni présidente, mais ministre et top model. Ils s’y étaient croisés plusieurs fois et s’étaient regardés, bien sûr. Tous deux étaient des stars et les stars se regardent entre elles. Elles ne se regardent même qu’entre elles.

- Je vais le faire moi-même, dit le président. Trop longtemps que je n’ai pas composé tout seul un numéro de téléphone. Allô Thérèse ? C’est Nicolas. Oui, bien et vous ? Carla et moi aimerions venir déjeuner, c’est possible ? Maintenant, oui. Merci, Thérèse. On arrive.

Il raccrocha et dit :

- Putain, ça fait du bien. On y va ?

Carla le regardait bizarrement.

- Qu’y a-t-il, ma chérie ?

- Rien.

- Si, il y a quelque chose, je le sens.

Elle sourit.

- Oui, dit-elle. Il y a quelque chose. Je crois que je suis amoureuse, monsieur le président.

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

Le désir est une question d’odeur – Terrafemina


 

Le désir est une question d’odeur

Dans le jeu de l’amour, qui prend le pas sur l’autre ? L’attirance sexuelle dans ce qu’elle a de plus naturel et bestial, largement influencée par l’odeur, ou bien l’ensemble des comportements développés autour de la relation amoureuse ? Le point de vue de notre experte Sophie Bramly.

L'amour est-il une question d'odeur ?

Il y a deux femmes en nous.

La première est la femme ancestrale, mue par le besoin de se reproduire. La deuxième, plus subtile, est celle dont le désir s’est forgé sur les mécanismes de l’évolution. Les notions de choix des partenaires, l’émotion de l’amour, de jalousie, sont par exemple des composants d’une l’évolution psychologique de la sexualité et répondent à une adaptation, sensible à la circonstance. Une émotion comme la jalousie sexuelle, par exemple, peut motiver une femme à avoir des rapports avec son partenaire pour qu’il ne pense pas à d’autres femmes, dans le cas où elle craint une menace sur son couple. Refreiner le désir infidèle ou manifester les débordements de l’amour sont d’autres comportements induits par la façon dont l’évolution a changé nos comportements amoureux.

On évolue, et c’est heureux.

Mais certaines choses changent peu, comme la sensibilité de nos cinq sens ; à commencer par l’odeur, composante essentielle de l’attraction sexuelle. Le sens olfactif a plusieurs niveaux de « lecture » : la détection puis l’identification d’une odeur, et, à priori, la reconnaissance inconsciente de certaines molécules (hormones et phéromones en particulier). Comme le nerf olfactif se répand dans tout le cerveau comme un filet, il permet à ce dernier de relier des souvenirs d’émotions à des informations olfactives.

Des études récentes de l’université de Brown, aux États-Unis, ont d’ailleurs révélé que l’odeur d’un partenaire compte plus que son apparence, ou la tessiture de sa voix. Au point que le désir sexuel de la femme peut augmenter si l’odeur apparaît comme bonne, ou au contraire fondre, si elle apparaît déplaisante. Par ailleurs, au moment de l’ovulation, la sensibilité des femmes à l’odeur est accrue, ce qui porte à croire que ce sens avait une importance encore plus grande chez nos aïeux.

C’est ce qui s’appelle « être au parfum » !

Notre langue, riche en expressions olfactives, en a bien conscience, et la littérature la flatte, parlant de parfums d’absence, de bonheur ou de volupté, jusqu’à atteindre l’ivresse.

Si les sites de rencontres pouvaient intégrer des notions d’odeur, il y a fort à parier que les taux de réussite de celles-ci seraient décuplés. En attendant qu’ils puissent y remédier, le choix est toujours là de booster notre libido par la diffusion de parfums, fussent-ils sécrétions de nos corps ou savante alchimie des marchands de fragrances.

Ceci afin de concilier nos deux natures et d’estomper l’ambivalence qu’il y a à toujours vouloir faire transiter nos pulsions par le filtre abstrait du raisonnement.

Crédit photo : Brand X Pictures

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

BELLE_ LEÇON_ DE VIE » Ma Planète


 

Ajouté le 03/09/2012 18:11:50 par Jacqueline_Blais

CETTE HISTOIRE EST

 L’UNE DES PLUS BELLES LEÇONS DE VIE…


Un médecin est entré a l’hôpital dans la hâte après avoir été appelé pour une chirurgie urgente. Il a répondu à l’appel, a changé dès que possible ses vêtements et est allé directement au bloc de chirurgie. La, Il trouve le père du garçon qui fait des vas et vient dans le hall. En voyant le médecin arriver, le papa hurla : « Pourquoi avez-vous pris tout ce temps pour venir ? Vous ne savez pas que la vie de mon fils est en danger ? Vous n’avez pas le sens de responsabilité » ?

Le médecin sourit et dit : « Je suis désolé, je n’étais pas dans l’hôpital et je suis venu le plus rapidement possible après avoir reçu l’appel…… Et maintenant, je souhaite que vous vous calmez pour que je puisse faire mon travail »HE

« Me calmer ? et si c’était votre fils vous calmeriez vous ? Si votre propre fils meurt maintenant que ferez vous » ? dit le père avec colère

Le médecin souri encore et répondit : « Je dirai.. De la poussière nous sommes venus et épousseter nous retournerons, béni soit le nom de Dieu. Les médecins ne peuvent pas prolonger des vies. Allez et intercédez pour votre fils, nous ferons de notre mieux par la grâce de Dieu »

« Donner conseil quand nous ne sommes pas concernés c’est si facile  Murmura le père. »

La chirurgie a pris quelques heures après lesquelles le médecin sorti heureux, « Merci Dieu ! Votre fils est épargné, Si vous avez n’importe quelle question, demandez a l’infirmière ! »

« Pourquoi est-il si arrogant ? Il ne pouvait pas attendre quelques minutes pour que je me renseigne sur l’état de mon fils » A Commenté le père en voyant l’infirmière après que le médecin soit partit.

L’infirmière répondit, les larmes.. coulant sur son visage : « Son fils est mort hier dans un accident de route, il était a l’enterrement quand nous l’avons appelé pour la chirurgie de votre fils. Et maintenant qu’il a épargné la vie de votre fils, il est parti pour finir l’enterrement de son fils ».

Ne JAMAIS JUGER PERSONNE parce que vous ne savez pas ce qu’elle traverse en ce moment.

 

 

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

Titanic : de nouvelles théories expliquent le naufrage | Rue89


 Quentin Mauguit | Futura-Sciences

Le Titanic (F.G.O. Stuart/Wikimedia Commons/CC)

Le tristement célèbre naufrage du Titanic s’approche de son 100e anniversaire. Ce paquebot transatlantique fut le plus grand (269 mètres) jamais construit à son époque. Sa coque était divisée en seize compartiments étanches permettant d’isoler les avaries les plus graves. Malheureusement, cette innovation se révéla inefficace lors du voyage inaugural du navire.

Le 15 avril 1912, alors qu’il fait route vers l’Amérique, le Titanic heurte un iceberg au large de Terre-Neuve. Il coule quelques heures plus tard, vers 2 heures du matin. Environ 1 500 personnes sont mortes. En cause : des procédures d’urgence déficientes et un manque de canots de sauvetage.

Cet anniversaire pousse des chercheurs à publier de nouvelles informations sur les causes et les circonstances probables du naufrage :

  • pourquoi l’équipe de veille du RMS Titanic n’a-t-elle pas vu l’iceberg à temps ?

  • Pourquoi le SS Californian, naviguant à proximité du site de la catastrophe, ne lui a-t-il pas porté secours ?

  • D’où provenaient les glaces ?

Les deux premières réponses sont fournies dans un ouvrage à paraître écrit par Tim Maltin, un historien britannique, et présenté dans le magazine Smithsonian.

La troisième réponse est proposée par Donald Olson, un astronome américain.

1

Un mirage supérieur fatal pour le Titanic

L’équipage du Titanic pourrait avoir été victime d’une illusion d’optique liée à la réfraction de la lumière : un mirage supérieur. Ce phénomène fut mentionné une première fois dans un rapport gouvernemental britannique publié en 1992, sans aucune suite.

Pour combler cette lacune, Tim Maltin a rassemblé des données météorologiques de l’époque, des témoignages de passagers et surtout, il a lu le livre de bord du navire. Voici ses explications.

La nuit du naufrage, le paquebot a effectué une transition entre les eaux chaudes du Gulf Stream et les eaux froides du courant du Labrador. Or, ces deux masses d’eau influencent directement la température de l’air les surplombant.

A la limite entre les deux courants océaniques, une importante inversion thermique se serait produite dans l’atmosphère. L’air refroidi par le Labrador serait resté sous de l’air plus chaud. Ce phénomène se traduit par une très grande pression atmosphérique empêchant toute apparition de brouillard.

Une inversion thermique réfracte anormalement la lumière, donnant naissance à des mirages dits « supérieurs ». La position apparente des objets est alors faussée ; ils apparaissent plus proches et plus hauts sur l’horizon. De plus, la position de ce dernier est également corrompue.

L’équipe de veille observait donc un horizon illusoire. Malheureusement pour eux, la silhouette d’un iceberg serait alors passée inaperçue, masquée par l’illusion d’optique, d’autant plus qu’il n’y avait pas de Lune pour accroître les contrastes.

Voilà pourquoi les marins de veille auraient vu l’iceberg alors qu’il était à moins d’un mille du navire (soit moins de 1,85 km), trop tard pour éviter l’impact.

2

Le SS Californian a-t-il manqué à ses devoirs ?

Le SS Californian (Bart Benjamin, ARC/Wikimedia Commons/CC)

Toujours selon Tim Meltin, le navire américain a bien prévenu le Titanic de la présence de nombreux icebergs dans son voisinage. Il aurait également vu le funeste paquebot peu de temps avant et après la collision.

Une fois encore, le phénomène du mirage a faussé les données. Le capitaine Stanley Lord ne pensait pas observer le Titanic car ce navire lui est apparu trop proche et trop petit. De fait, un mirage modifie la position apparente d’un objet, pas sa taille !

Des signaux lumineux ont bien été échangés en morse entre les deux navires, y compris après l’impact. Les perturbations atmosphériques les auraient cependant déformés, les rendant incompréhensibles pour les équipages.

Le navire endommagé a également tiré des fusées de détresse à 180 mètres de haut. L’illusion d’optique les a fait apparaître beaucoup trop basses aux yeux du commandant du SS Californian. Face à tant de bizarreries et aucune preuve concrète du problème, celui-ci aurait donc décidé de poursuivre sa route, laissant le Titanic seul face à son triste sort.

La carrière du capitaine du Californian, Stanley Lord fut brisée par la controverse qui a suivi le naufrage du Titanic.

3

La Lune responsable de la présence de l’iceberg ?

Le printemps 1912 fut considéré comme une mauvaise époque pour les marins suite à l’importante présence d’icebergs dérivant au gré des courants. Un siècle après, Donald Olson de l’université d’Etat du Texas, donne une explication astronomique à cette quantité anormale.

Suite à leurs tailles imposantes, des icebergs peuvent rester coincés dans des eaux peu profondes. Une montée du niveau des mers un peu plus importante que la normale peut alors les libérer. Une marée exceptionnellement haute, ayant débloqué les glaces fatales au Titanic, se serait produite entre Terre-Neuve et le Labrador trois mois et demi avant le naufrage. Mais comment expliquer cette montée importante des eaux ?

Les marées sont causées par les effets conjugués des forces de gravitation de la Lune et du Soleil. Or, ces astres étaient tous les deux exceptionnellement proches de la Terre.

Le 4 janvier 1912, la Lune était à son périgée et notre planète à son périhélie. Les distances séparant la Terre de ces deux corps célestes étaient à leur minimum, maximisant leurs effets sur les mouvements d’eaux. La distance Terre-Lune a même rarement été aussi faible que ce jour-là, comme on peut le constater dans un article de la SAF (Société astronomique de France) discutant de l’effet de la distance Terre-Lune sur sa luminosité apparente.

Une situation similaire s’était déjà produire en 796 et devrait seulement se reproduire en 2257 ! Un facteur supplémentaire amplifia le phénomène : la Lune était pleine, et donc située sur l’alignement Terre-Soleil, de l’autre côté de notre planète. Les forts marnages étaient donc ceux de marées de vives-eaux.

Cette explication ne rassemble pas tous les astronomes. Plusieurs d’entre eux estiment en effet que les marées du 4 janvier 1912 étaient loin d’être exceptionnelles.

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

Parking joyeux pour filles de joie… | Ici et Ailleurs | L’Orient-Le Jour


Ici et Ailleurs

Société

Parking joyeux pour filles de joie…

samedi, mars 10, 2012

La nuit venue, le Sihlquai, avenue bordée d’immeubles résidentiels et de bureaux longeant la rivière Sihl à Zurich, se transforme en haut lieu de la prostitution, où de jeunes femmes parfois très légèrement vêtues vendent leurs charmes au client de passage en voiture.

La nuit venue, le Sihlquai, avenue bordée d’immeubles résidentiels et de bureaux longeant la rivière Sihl à Zurich, se transforme en haut lieu de la prostitution, où de jeunes femmes parfois très légèrement vêtues vendent leurs charmes au client de passage en voiture.

Les autorités de Zurich veulent lutter contre les nuisances en contrôlant les activités des prostituées.

Les Zurichois devront se prononcer demain par référendum sur l’installation d’un « parking à prostituées », un concept unique en Suisse destiné à faire sortir du centre-ville les travailleuses du sexe et leurs clients.

La journée, voitures, cyclistes et piétons circulent paisiblement le long du Sihlquai de Zurich, une longue artère longeant la rivière Sihl. Mais la nuit venue, l’avenue bordée d’immeubles résidentiels et de bureaux se transforme en haut lieu de la prostitution, où de jeunes femmes parfois très légèrement vêtues vendent leurs charmes au client de passage en voiture, créant de longs embouteillages. « La concurrence est très importante sur le Sihlquai, où se trouvent beaucoup de femmes qui partent avec les clients dans les arrière-cours des immeubles, créant une situation difficile pour les habitants qui subissent le bruit et la saleté », explique Ursula Kocher, responsable de Flora Dora. L’association est présente sur place avec un bus, apportant conseil et soutien aux prostituées, souvent des femmes d’Europe de l’Est et notamment de Hongrie, mais aussi des Suissesses. Le lendemain, préservatifs et ordures en tout genre jonchent les trottoirs, provoquant le désarroi des riverains.

La prostitution est légale en Suisse et des villes comme Zurich ont établi des périmètres et des horaires où les prostituées, dûment enregistrées, peuvent exercer. Sur le Sihlquai, elles sont l’été une soixantaine à aguicher les passants sur le kilomètre de voirie qui leur est attribué. Les nuisances provoquées par cette situation créent la polémique depuis des années dans la capitale économique suisse, qui a décidé de suivre l’exemple allemand et néerlandais et d’installer d’ici à 2013 un « parking à prostituées » à l’entrée de la ville.

Selon le projet, le site, qui sera ouvert de 19h00 à 05h00 du matin, dispose d’une allée, où les prostituées et clients peuvent circuler, et des « boxes », où ils peuvent vaquer à leurs activités tarifées. Le parking, protégé des regards par des panneaux et où se trouvent douches et toilettes, doit également accueillir un gynécologue et des membres de l’association Flora Dora, qui pourront apporter leurs conseils sur place aux prostituées. À l’opposé du Sihlquai où seule la police peut intervenir, ce parking sera placé sous l’autorité de la municipalité qui pourra, si besoin, faire chasser les clients trop agressifs, indique Mme Kocher. Selon cette dernière, les prostituées voient d’un bon œil ce projet, qui leur apporte plus de sécurité.

L’expérience tentée dans trois villes allemandes a cependant donné des résultats mitigés. Cologne a lancé ces boxes en 2001. Entre 50 et 70 prostituées se retrouvent chaque jour sur le site. Selon des associations locales, cela a permis de réduire les agressions. L’ancienne capitale allemande Bonn a également lancé ces boxes début 2011. En mai 2011, Dortmund a en revanche fait démanteler ces parkings qu’elle avait créés à l’occasion de la Coupe du monde de football en 2006, arguant qu’ils avaient attiré la criminalité.

L’aspect de l’insécurité est également critiqué par l’association féministe Zürcher Frauenzentrale. « Pourquoi (ce projet) devrait-il être plus sûr que le Sihlquai, où circulent plus de personnes », rendant ainsi des agressions plus improbables, s’interroge Andrea Gisler, présidente de l’association. « Le problème n’est pas réglé, mais juste déplacé », estime-t-elle, appelant à réfléchir à l’interdiction de la prostitution de rue au bénéfice des maisons closes.

(Source : AFP)

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

Le gorille est bien plus proche des humains !


 

gorille pt.jpg

Le gorille et l’homme ont plus en commun que prévu !

 

Le gorille est bien plus proche des humains et des chimpanzés que les scientifiques ne le pensaient jusqu’à présent, a révélé le décryptage de son génome, qui va permettre de mieux comprendre l’évolution des primates depuis une dizaine de millions d’années. Humains, chimpanzés et orang-outans…

 

Seuls les gorilles manquaient à l’appel pour permettre aux biologistes de comparer les génomes des quatre « grands singes » modernes, rares survivants de la grande famille des Hominidés. C’est désormais chose faite grâce à une équipe internationale de plusieurs dizaines de chercheurs qui publient leurs résultats dans la revue britannique Nature.

 

« Grâce à l’ADN de Kamilah, une femelle gorille des plaines de l’ouest (nom scientifique Gorilla gorilla gorilla, ndlr), nous avons assemblé une séquence génétique du gorille puis l’avons comparée avec les génomes des autres grands singes », en prenant en compte quelque 11.000 gènes, résume le responsable de l’étude, Aylwyn Scally, du Wellcome Trust Sanger Institute (Royaume-Uni).

gorille gr.jpg

Les biologistes considèrent traditionnellement que, dans l’arbre de l’évolution des primates, les chimpanzés et les hommes ont un ancêtre commun plus récent que celui qui relie chacun d’entre eux au gorille. Par conséquent, pour n’importe quelle séquence génétique humaine, c’est chez son « cousin » chimpanzé qu’on devrait retrouver la séquence la plus proche.

 

D’après les analyses effectuées par M. Scally et ses collègues, cela se vérifie certes, mais seulement dans 70% des cas. En réalité, 15% du génome humain est plus proche de celui du gorille que de celui du chimpanzé. Et 15% du génome du chimpanzé est à son tour plus proche de celui du gorille que de celui de l’homme, révèle l’étude.

 

« Nous avons découvert que les gorilles partagent avec les humains de nombreuses modifications génétiques parallèles, en particulier l’évolution de notre ouïe », souligne le Dr Chris Tyler-Smith, du Wellcome Trust Sanger Institute. « Les scientifiques ont suggéré que l’évolution rapide des gènes de l’audition chez l’homme était liée à l’évolution du langage. Nos résultats jettent un doute là-dessus, car les gènes de l’audition ont évolué chez les gorilles à une vitesse à peu près équivalente à celle des humains », estime-t-il.

 

Selon les calculs de l’équipe internationale, les gorilles auraient divergé des humains et des chimpanzés voici environ 10 millions d’années, la séparation entre l’espèce humaine et celle des chimpanzés remontant quant à elle à quelque 6 millions d’années.

 

En revanche, la séparation entre gorille de l’ouest et gorille de l’est (Gorilla beringei) serait beaucoup plus récente, environ 1,75 million d’années, et elle aurait été très progressive. « Ces données défient l’idée selon laquelle la diversité des espèces de primates augmente toujours quand une espèce se divise rapidement, et de manière irréversible, en deux espèces +filles+ génétiquement isolées », relèvent dans un commentaire séparé publié par Nature les généticiens Richard Gibbs et Jeffrey Rogers.

 

D’autres facteurs, comme un flux de gènes entre espèces après leur divergence initiale peuvent aussi intervenir, soulignent-ils, citant par exemple des « preuves de tels flux de gènes entre les Néandertals et la lignée génétique qui a fini par aboutir à l’homme moderne ».

 

AFP/7sur7

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

D’immenses toiles d’araignées envahissent la campagne !


 

araignées pt1.jpg

D’immenses toiles d’araignées envahissent la campagne australienne !

 

Non, il n’a pas neigé sur le village australien de Wagga Wagga, en Nouvelle-Galles du Sud. Par contre, des millions d’araignées y ont tissé leurs toiles, donnant au paysage un air fantomatique.

 

Comment expliquer ce phénomène? Wagga Wagga vient d’être la proie d’inondations immenses. Face à la montée des eaux, les araignées ont été forcées de grimper sur les arbres et les buissons pour sauver leur vie. Elles ont alors construit leurs toiles, mais cette fois-ci dans des proportions immenses.

 

Avec pour résultat, ce panorama étonnant: des champs de toiles d’araignées à perte de vue. Des amas d’araignées dans le moindre recoin, des voiles blancs qui volent au vent dans les champs, aux abords des maisons.

araignées gr.jpg

Les résidents de Wagga Wagga, de retour auprès avoir été évacués pour échapper aux eaux en crue, n’en ont pas cru leurs yeux. Il faut dire que le spectacle est impressionnant !

araignées gr1.jpg

Les araignées et leurs toiles ont véritablement envahi la ville et ses maisons. Autant dire que ceux et celles qui apprécient moins ces petites bêtes n’ont pas adoré cette arrivée en masse…

araignées gr 2.jpg

 

araignées gr 3.jpg

 

araignées gr 4.jpg

Par: Caroline Albert

7sur7

Catégories : ACTUALITES | Poster un commentaire

Le pamplemousse, un fruit aux mille vertus – Pour moi – Plurielles.fr


Article par Anne THOUMIEUX , le 08/03/2012 à 15h11 , modifié le 08/03/2012 à 15h34

femme qui mange un pamplemousse

Fruits et légumes veulent du bien à notre santé et à notre beauté. Leurs nutriments favorisent joli teint, ongles forts… Mais saviez-vous que le pamplemousse, surtout de Floride, est champion en la matière ?

Vertus tonus et santé

Riche en vitamine C, le pamplemousse prévient certains cancers et maladies cardio-vasculaires, possède des qualités antivirales, contribue à la bonne santé des dents, des os et des gencives, et accélère la cicatrisation !

Ainsi un demi-pamplemousse de Floride couvre 60% des besoins journaliers d’un adulte en vitamine C et près de la totalité de ceux d’un enfant.

La variété rose et rouge du pamplemousse de Floride est également une excellente source de vitamine A -impliquée dans la reproduction et la croissance- ainsi que dans le processus immunitaire. Un demi-pamplemousse de Floride fournit 35% des apports journaliers en vitamine A, très utile pour garder une bonne vue !

Pamplemousse de FlorideIl apporte également des vitamines B, en particulier la B1 (4%*), nécessaire à la production d’énergie ; la B9 ou folates (4%*), si importante pour les femmes enceintes et qui, tout comme la vitamine B6 (4%*), diminue les risques cardio-vasculaire. Enfin, le pamplemousse de Floride offre de nombreux minéraux : du potassium (5%*) qui diminue la pression artérielle et joue un rôle dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, du magnésium (4%*), du calcium (4%*) primordial pour la qualité des os, et du fer, un antifatigue reconnu.

En résumé, les apports nutritionnels du pamplemousse de Floride participent à l’équilibre et au bien-être de l’organisme et révèlent un tonus qui se voit de l’extérieur et une énergie communicative.

*des besoins journaliers

Vertus diététique et minceur

Très peu calorique avec 60 calories pour 100 grammes, le pamplemousse de Floride ne contient ni lipide, ni sodium, ni cholestérol. Il présente un indice glycémique modéré et un fort indice de satiété, favorisant la perte de poids.

Autre avantage considérable dans un régime minceur : le pamplemousse contient des fibres solubles, dont la pectine, qui favorise le transit et diminue l’absorption intestinale du cholestérol. Un allié intéressant à l’arrivée des beaux jours…

Vertus jolie peau

Sa vitamine C, qui favorise la fabrication de collagène, a d’excellentes vertus antioxydantes ce qui en fait un véritable frein aux radicaux libres, aidé par le cuivre. Ce dernier est impliqués dans le vieillissement prématuré des cellules et constitute un allié anti-âge aidé par la vitamine A qui maintient la bonne santé de la peau.

Autre avantage, le pamplemousse de Floride contient une grande quantité de lycopène dans ses variétés rose et rouge, un antioxydant très puissant, ainsi que des flavonoïdes, plus particulièrement la naringine, qui ont des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques, bénéfiques pour les peaux sensibles.

Catégories : Santé et bien-être | Poster un commentaire

LA FEMME EN DÉPRESSION…


images drôles Chloe Sims (vue arrière uniquement...)

C’est l’histoire d’une femme qui à la suite d’un cancer a dû se faire enlever un sein. Elle déprimait beaucoup, dépression, pleurs, révolte, etc…

Un jour elle aperçoit dans la rue un jeune homme dans la trentaine. Il était sur le trottoir et il n’avait pas de bras, mais avait un walkman sur les oreilles et il dansait continuellement. Il se faisait aller de gauche à droite et se déhanchait.

Elle s’est dit que si lui n’avait pas de bras et pouvait danser comme ça, il devait avoir une bonne philosophie de vie.

Elle décide donc de lui demander son truc afin qu’elle aussi puisse l’appliquer et reprendre gout à la vie.

Elle s’approcha de lui et lui demanda :

« Monsieur, je viens de me faire enlever un sein à la suite d’un cancer et j’ai le moral très bas. Je vous vois danser dans tous les sens malgré le fait que vous n’avez pas de bras. Pouvez-vous me dire comment vous faites? »

Le gars lui répond :

« Je danse pas criss, le trou du cul me pique. »

(merci à TANTINETTE Pour cette blague)

Catégories : HUMOUR | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com. Thème Adventure Journal.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 211 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :