SAGESSE Une femme demande à un savant chinois…


SAGESSE
Une femme demande à un savant chinois :
> >
> > – Pourquoi un homme qui a des relations sexuelles avec de nombreuses femmes est considéré comme un séducteur, alors qu’une femme qui a des relations avec de nombreux hommes est vue comme une fille de joie ?
> >
> > Le maître répondit : ma fille, une clef qui ouvre de nombreuses serrures est considérée comme une clef magique.
> > Mais une serrure qui s’ouvre avec n’importe quelle clé ne sert à rien.

Pensée du vendredi 16 septembre 2011.


« De combien de possibilités les humains disposent maintenant grâce
au progrès technique ! Mais tant de facilités nouvelles les
amènent à tout attendre de l’extérieur et à se montrer
insouciants, irréfléchis, légers. Ils peuvent négliger leur
santé : il y a des pharmaciens, des médecins, des chirurgiens,
des dentistes, etc. Ils peuvent gaspiller le papier, détraquer
les appareils, casser les objets, tacher et déchirer les
vêtements, jeter de la nourriture : ils trouveront dans les
magasins de quoi remplacer tout ça !
C’est ainsi que l’attention, la vigilance, le discernement
s’émoussent de plus en plus. Pourquoi les développer quand il y a
tellement de gens et de produits pour réparer les bêtises qu’on a
faites ? Tous sont là, les chercheurs, les techniciens, pour
venir en aide aux maladroits, aux étourdis, aux inconscients. En
réalité, ils aident plutôt les fabricants à s’enrichir ; quant
aux utilisateurs, ils les affaiblissent plutôt et les rendent de
plus en plus dépendants. Je ne dis pas qu’il faudrait arrêter le
progrès technique, non, mais en même temps qu’ils bénéficient de
ces progrès, les humains ne devraient pas négliger le domaine
intérieur, mais cultiver l’attention, la prudence, la maîtrise. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Trois Français sur quatre estiment vivre moins bien qu’avant


Un couple danse au rythme de l’accordéon sur les quais du Rhône à Lyon (Photo Fred Dufour/AFP/Archives)

Agrandir la photo

Mardi 13 septembre 2011, 12h05
Trois Français sur quatre pensent vivre moins bien qu’avant, un jugement qui n’avait jamais atteint un tel niveau depuis vingt ans, selon une enquête réalisée par la TNS Sofres pour l’Association des maires des grandes villes de France.

A la question « avez-vous l’impression que depuis quelques années les gens comme vous vivent mieux ou moins bien qu’avant », 75% des personnes interrogées ont répondu « moins bien ».

Ce sentiment constitue un « record historique dans l’évolution de la situation personnelle des Français » dans les enquêtes de la TNS Sofres, réalisées depuis 1981, souligne l’institut. Il se manifeste en particulier chez les 25-49 ans (81%) et parmi les employés (87%) et les ouvriers (82%).

Seulement 14% des sondés estiment de leur côté « vivre mieux », tandis que 10% ne voient pas de changement (1% sans opinion).

La crainte de se retrouver sans emploi grandit également dans l’opinion, selon cette enquête.

Deux Français sur trois (66%) redoutent des « risques de chômage », pour eux-mêmes ou une personne de leur foyer. Un résultat en augmentation de 4 points par rapport à l’an dernier et de 16 points depuis 1988, précise la Sofres.

La menace du chômage est notamment perçue chez les 18-24 ans (71%) et les 35-49 ans (73%).

Sondage réalisé par téléphone les 6 et 7 septembre auprès d’un échantillon de 980 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Jacqueline Kennedy n’aimait ni de Gaulle ni les Français


Jackie Kennedy (photo non datée) (Photo /AFP/Archives)

Agrandir la photo

Mercredi 14 septembre 2011, 09h56
Jacqueline Kennedy n’aimait ni le général de Gaulle qu’elle trouvait « méchant », ni les Français qu’elle trouvait égoïstes, selon des confidences enregistrées en 1964 et dont des extraits ont été diffusés mardi soir aux Etats-Unis.

« De Gaulle était mon héros quand j’ai épousé Jack », y raconte Jackie Kennedy à l’historien Arthur Schlesinger.

Mais en fait « il était tellement méchant », ajoute-t-elle en évoquant sa visite en France en mai 1961 avec son époux John F. Kennedy, président depuis quatre mois.

Jacqueline Kennedy, qui parlait très bien le français pour avoir étudié un an à la Sorbonne quand elle avait 20 ans, n’est pas plus tendre pour les Français en général.

« Je déteste les Français », confie-t-elle dans ces enregistrements, de sa voix lente et un peu infantile. « Il n’y a pas un seul Français auquel je puisse penser, à part peut-être deux personnes très simples (…) ils ne sont pas très gentils, ils ne pensent qu’à eux ».

Des extraits des entretiens, scellés pendant 47 ans, ont été diffusés mardi soir par la chaîne de télévision ABC.

Arthur Schlesinger avait enregistré Jackie Kennedy pendant plus de huit heures, quatre mois après l’assassinat de son mari en novembre 2003 à Dallas.

Elle avait alors 34 ans.

Le général de Gaulle, Jackie Kennedy et John Fitzgerald Kennedy le 31 mai 1961 à l’Elysée (Photo /AFP/Archives)

Agrandir la photo

De Gaulle n’est pas la seule personnalité politique à y être épinglé.

Jackie Kennedy y affirme qu’Indira Ghandi, future Premier ministre indien, est une femme « amère, arriviste et affreuse », et ne cache pas ses doutes sur Martin Luther King, dont elle raconte avoir dit à son mari qu’il était « bidon ».

Et elle y raconte aussi que John F. Kennedy était « inquiet pour le pays » à l’idée que puisse lui succéder son vice-président Lyndon Johnson, qui acheva son mandat après son assassinat.

Ces enregistrements de Jackie Kennedy, décédée en 1994 sans jamais avoir écrit ses mémoires, ont été rendus publics à l’initiative de Caroline Kennedy, à l’occasion du 50e anniversaire des débuts de son père à la Maison Blanche.

Ils font également l’objet d’un livre à paraître mercredi aux Etats-Unis, « Jacqueline Kennedy: Historic Conversations on Life with John F. Kennedy ».

ABC a prévu d’en diffuser de nouveaux extraits mercredi.

Gagnant le gros lot, il devient la 250e fortune de France | Ici et Ailleurs | L’Orient-Le Jour


Ici et Ailleurs

Euro Millions

Gagnant le gros lot, il devient la 250e fortune de France

jeudi, septembre 15, 2011

Le gagnant de plus de 162 millions d’euros, deuxième plus gros pactole de l’histoire de l’Euro Millions, n’est toujours pas connu. Mais avec une telle somme, il se hisse déjà à la 250e place des plus grosses fortunes de France. L’heureux élu – qui a validé son ticket en Normandie, dans le nord-ouest de la France – ne s’était toujours pas encore fait connaître hier plusieurs heures après le tirage de ce Loto européen lancé en 2004 dans neuf pays européens.
Avec 162 256 622 euros de gains, le gagnant va se positionner en deuxième position derrière le record, 185 millions, détenu par un couple d’Écossais depuis le 12 juillet dernier. Il va également rejoindre le club très fermé des 65 joueurs qui ont remporté la cagnotte en France depuis la création d’Euro Millions.
Si le gagnant n’a pas déjà fait fortune avant de jouer, il y a fort à parier qu’il devra apprendre à s’habituer à une richesse aussi considérable que soudaine. Selon Brigitte Roth, une responsable de la Française des Jeux (FDJ), société qui organise Euro Millions en France, tous les gros gagnants (plus d’un million d’euros) « connaissent une phase de sidération qui peut durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines ». « Ils vont devoir passer du rêve à la réalité, une période plus ou moins longue qui dépend de l’histoire personnelle de chacun », explique Mme Roth qui accueille tous les grands gagnants. « Gagner une grosse somme à l’Euro Millions ou au Loto, c’est un peu comme un enfant qui regarde un dessin animé à la télévision et qui verrait quelques instants plus tard le personnage entrer dans sa chambre », dit-elle.
Le pactole de 162 millions d’euros pourrait rapporter à ce gagnant du département du Calvados près de 700 000 euros par mois sans toucher au capital. De quoi s’arrêter de travailler, acheter une ou plusieurs très belles maisons, une voiture coûteuse, s’offrir des voyages de rêve et gâter proches et amis.
En attendant, il pourrait devoir gérer ses émotions et son pactole, comme l’avaient raconté à l’AFP plusieurs gagnants. Des dîners et des « groupes de paroles » sont régulièrement organisés par la FDJ. Très discrets avec leurs anciens collègues de travail et leur famille, les gagnants apprécient en effet ces rencontres où ils échangent interrogations, problèmes et… récits de voyage. « C’est un peu un club privé où l’on est content de se retrouver », expliquait Bob, sept millions d’euros de gains en 2007.
(Source : AFP)

L’église était en réalité un sexclub !


L'église était en réalité un sexclub pt.jpgL’église était en réalité un sexclub !

La police américaine a fait une lucrative descente dans le Phoenix Goddess Temple la semaine dernière dans l’Arizona. Les forces de l’ordre soupçonnaient en effet cette « Eglise » de n’être qu’une couverture pour un sexclub illégal.

Les membres de l’Eglise étaient des soi-disant « chercheurs ». Ils prétendent aujourd’hui que dans le lieu de culte, il n’était pas question de sexe mais bien d’une « alliance sacrée » entre les protagonistes. Evidemment, les « thérapies de guérison néo-tantriques » induisaient des « dons » de ceux qui en bénéficiaient. Une interprétation de la dimension pécuniaire qui n’a pas manqué d’amuser les autorités et d’énerver le procureur.

La police a déjà interpellé 18 personnes dans le cadre de l’enquête, et parmi elles Tracy Elise, la fondatrice de la fameuse « Eglise ». Elle se faisait par ailleurs appeler « Mère Mystérieuse » par ses « disciples chercheurs ». Les prostituées qu’elle employait étaient dénommées « déesses ». Ces vocables auront eu le mérite de cacher soigneusement un véritable commerce sexuel en prétextant une religion un peu décalée, mais pas illégale.

L'église était en réalité un sexclub gr.jpg

« Ils ont transgressé la loi sous couvert de la liberté de religion », a affirmé le porte-parole de la police de Phoenix. « Ce n’est d’ailleurs pas nouveau que les gens se cachent derrière la religion pour justifier leurs délits », a-t-il ajouté. Le sexclub déguisé a été fermé et l’enquête permettra bientôt d’identifier bien d’autres suspects et pieux clients.

(acx/7sur7)