La protection de l’environnement, une affaire de foi | Politique Liban | L’Orient-Le Jour


Liban

Ouvrage

mardi, mai 24, 2011

Le pape défunt Jean-Paul II se promenant dans la nature qu’il aimait tant.
Le pape défunt Jean-Paul II se promenant dans la nature qu’il aimait tant.

On parle beaucoup des dimensions économique, sociale, sanitaire et, bien-sûr, écologique de la protection des milieux naturels. Mais qu’en est-il de la dimension religieuse ? Cette piste a été explorée par un professeur, Antoine Tyan, dans un nouveau livre.

La protection de l’environnement, une affaire de foi – L’environnement et les religions. C’est ainsi que s’intitule le nouvel ouvrage d’Antoine Tyan, qui revient, avec force exemples et citations, sur ce que les religions disent de la protection de la nature. En une région du monde où la religion joue un rôle si crucial dans la vie des populations, ce livre apporte un argument nouveau pour enrichir la lutte en faveur d’un meilleur environnement.
Le livre d’Antoine Tyan, édité en arabe, est destiné à toute sorte de public, élèves et adultes. L’auteur a pris soin de citer ses références en long et en large dans le texte, puis de placer bien en évidence des résumés ou des citations intéressantes dans des encadrés en bleu, afin de rendre la lecture de l’ouvrage plus facile et digeste. Le livre est par ailleurs abondamment illustré de photos de nature libanaise, de véritables spectacles paradisiaques. Quelques pages sont entièrement dédiées aux photos avec ce titre évocateur : Que Dieu soit loué !
Le livre s’ouvre sur une « bénédiction » du patriarche émérite Nasrallah Sfeir, qui « remercie M. Antoine Tyan pour son intérêt pour l’environnement et pour ce livre ». La préface est signée du père Ildefonse Khoury, qui écrit : « Celui qui se venge de l’environnement, qui le détruit, se venge en fait de lui-même, et se détruit lui-même. Il détruit les autres, surtout les générations futures. Comment pourront-elles vivre après vous si vous avez gaspillé les ressources de la nature, avec ses oiseaux, ses animaux, son eau, sa végétation, son atmosphère ? »
Antoine Tyan commence son livre par des définitions très didactiques de l’environnement, de la pollution, des dangers écologiques qui menacent le Liban et la planète. Il entre ensuite dans le vif du sujet par une explication du lien entre religion et environnement : ce dernier sujet étant devenu une préoccupation planétaire, il est désormais abordé par des représentants de toutes les religions de par le monde. Il s’attarde particulièrement sur la manière dont l’église fait face aux défis de l’environnement.

« La nature, un livre à lire, pas à salir »
L’auteur consacre de nombreuses pages au parcours du pape défunt Jean-Paul II, qui est jalonné, on l’apprend, de citations sur la protection de l’environnement. « Il y a un besoin pressant d’une éducation sur l’esprit de responsabilité écologique : la responsabilité de soi, des autres et de l’environnement. » « L’engagement du croyant envers l’environnement naît immédiatement avec sa foi en Dieu le créateur. » « Le respect de la vie et de la dignité humaine englobent également le respect des créatures et leur préservation, ces créatures destinées à s’unir avec l’homme pour glorifier Dieu. » « La nature est un livre que l’homme doit lire et non salir. » « Quand les êtres humains conçoivent les créatures de Dieu comme hors du cercle de leur miséricorde et leur protection, ils se comportent de même les uns envers les autres. » Etc. On redécouvre ainsi un nouvel aspect de ce pape récemment béatifié. Le pape Benoît XVI n’est pas en reste avec des citations comme : « Tout le monde doit assumer la responsabilité de la protection de l’environnement sans exception, car c’est un devoir moral pour toute l’humanité. » Ou encore : « Si tu veux cultiver la paix, protège la création. »
L’ouvrage revient sur des déclarations de personnalités religieuses locales comme le patriarche Béchara Raï, le métropolite de Beyrouth Élias Audi, le mufti Mohammad Rachid Kabbani, le défunt sayyed Mohammad Hussein Fadlallah et bien d’autres. L’auteur passe aussi en revue les actions concrètes de l’Église locale et mondiale, des écoles catholiques et des universités pour la préservation de l’environnement et l’économie d’énergie, photos à l’appui.
Antoine Tyan a signé son ouvrage lors du festival du livre à Antélias, le 10 mars dernier. Il n’en est pas à son coup d’essai en matière de promotion de l’environnement : il a en effet créé, il y a quelques années, le musée de géologie et d’écologie au Collège Sacré-Cœur de Gemmayzé, et il est le fondateur du Mouvement lassalien pour la protection de l’environnement. Son dernier projet en date est la création d’un laboratoire d’écologie sur le toit du collège à Gemmayzé.

About these ads